Accueil du site > Qui sommes-nous ? > Notre philosophie de présélection

Notre philosophie de présélection

Certains pensent que nos règles sont trop subjectives...

Nous, nous avons confiance dans le résultat que nous produisons.

Voici quelle est notre philosophie.

Loin de nous prendre pour des donneurs de leçons, des "maîtres d’école", ou de savants spécialistes, notre credo est simple : le rôle d’un Festival comme le nôtre est de faire venir le maximum de diaporamas en compétition, et notre rôle en tant que jurés de présélection est de déterminer, compte tenu du temps de projection que nous avons déterminé, les "meilleurs" diaporamas parmi ceux qui nous sont présentés.

Peu nous importe qu’un thème ait déjà été traité, et mieux traité, il y a 3 ans, 20 ans : notre champ de décision se limite à ceux qui concourent cette année.

Et nous essayons en toute honnêteté de garder les X "meilleurs" de l’année, à charge pour le Jury international de distribuer les récompenses.

Evidemment, certains diaporamas sélectionnés ont "des défauts". Mais il faudrait être d’une prétention extrême pour rejeter une oeuvre en fonction d’un absolu que nous ne serions pas capable d’atteindre nous-même, et nous sommes suffisamment nombreux pour nous éviter de tomber dans ce travers...

Alors tant que les défauts en question ne nous semblent pas rédhibitoires, nous pratiquons la tolérance.

Bien entendu, il y a des fois où l’on doit se tromper, où l’on sélectionne peut-être un diaporama "plus faible qu’un autre que l’on a éliminé" comme un membre du Jury international nous en a fait la remarque cette année.

C’est en effet possible.

Chez nous, La présélection est le fait d’un ensemble de 8 ou 9 personnes qui possèdent pour la plupart une "culture audiovisuelle" que ne pourront pas de sitôt revendiquer ceux qui nous ont critiqué cette année. Et forcément les décisions finales sont aussi le résultat de discussions, de compromis, de "négociations". Donc pas toujours satisfaisantes pour chacun des intervenants, mais c’est le jeu démocratique. Celui que nous pratiquons depuis 50 ans et auquel nous sommes attachés.